Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

TROPICS MAGAZINE

AFRICA'S FIRST BI-LINGUAL MAGAZINE. TWICE AWARDS-NOMINATED.


Congo-Brazzaville: Le pays s'engage dans la réduction des gaz torchés

Posted by TROPICS MAGAZINE on June 30 2012, 00:14am

Categories: #News & Prime time

En sa qualité de membre de la campagne internationale visant l'amélioration de l'efficacité de l'énergie et la réduction de l'émission des gaz à effets de serre, le partenariat sur la Réduction des Gaz Torchés dans le Monde, conduite par la Banque mondiale (GGFR) a reçu récemment la République du Congo comme nouveau partenaire indique un communiqué de presse parvenu à Africa-Info.


De nombreux partenaires au Sud du Sahara

La République du Congo qui s'associe aux efforts visant la réduction du torchage des gaz ou le brulage des gaz naturels associés à la production du pétrole, vient se joindre à plus de 30 gouvernements et partenaires des compagnies engagés dans la réduction du torchage des gaz au niveau minimal à travers le monde. L'Angola, le Cameroun, le Gabon et le Nigéria font partie des autres partenaires du GGFR en Afrique au Sud du Sahara.


« Nous souhaitons la bienvenue à la République du Congo au sein du partenariat du GGFR et espérons travailler avec elle en vue de mieux réduire la perte des ressources d'énergies précieuses qui peuvent être utilisées dans des projets plus productifs », a déclaré Madame Sylvie Dossou Kouame, Représentante de la Banque mondiale en République du Congo. « En s'associant à ces efforts internationaux, La république du Congo montre par là un leadership et un engagement forts dans l'amélioration de l'efficacité de l'énergie et la réduction des émissions associées à la production du pétrole. »


Un torchage de gaz néfaste sur l'environnement

Les gaz associés provenant de la production pétrolière sont souvent récupérés et utilisés dans les infrastructures de production ou commercialisés chaque fois que cela est possible. Dans plusieurs pays, néanmoins, il existe des obstacles sérieux, s'agissant de l'utilisation des gaz associés, y compris le manque, ou l'accès aux infrastructures adéquates, aux marchés nationaux de gaz solides ou aux réglementations et politiques efficaces. Le partenariat sous l'égide de la Banque mondiale entre les pays et les compagnies producteurs de pétrole vise à vaincre ces obstacles en favorisant le partenariat public-privé en vue de réduire la perte de gaz qui produit des effets néfastes sur l'environnement.


Le torchage des gaz estimé en 2011, au niveau mondial, à 140 milliards de mètres cubes (bcm), ce qui représente plus de la consommation de gaz naturel en Afrique, équivaut au moins à 360 millions de tonnes des émissions de gaz à effet de serre. L'élimination de ces émissions de gaz par année est comparable au nombre de 70 millions de voitures mises hors de la circulation. Les plus grands pays qui torchent les gaz sont la Russie, le Nigéria, l'Iran et l'Irak.


Du gaz congolais torché, 10% de la production pétrolière

La République du Congo produit approximativement 300.000 barils par jour. Selon les estimations par satellite en 2010, le volume de gaz torchés au Congo avoisine 1,8 milliards de mètres cubes par année. C'est l'équivalent de 10 pour cent de la production pétrolière.

« La participation de la République du Congo dans le partenariat GGFR est une étape clé dans l'accroissement des efforts sur la réduction des gaz torchés à travers la coopération internationale qui exige la maitrise de la question du torchage», a déclaré le ministre congolais des Hydrocrabures, M. André Loemba.


Le Gouvernement de la République du Congo et les compagnies pétrolières qui opèrent dans le pays ont réalisé des progrès en matière de réduction des gaz torchés. L'un des grands projets réalisés a été la mise en oeuvre d'une solution intégrée sur le torchage des gaz du gisement de pétrole de MBoundi, en utilisant des gaz associés dans la production de l'électricité à Djeno et à la Centrale Electrique du Congo (CEC). Cette initiative n'a pas seulement réduit d'importantes émissions de gaz à effet de serre mais a également fourni de l'électricité à des milliers de personnes.


Monsieur Hooman Farnejad, Coordonnateur pour l'Afrique au niveau de la Banque mondiale « Nous espérons établir une coopération complète et intégrale avec la République du Congo. Grâce à cette coopération, nous pourrons même atteindre beaucoup plus de résultats au grand profit du peuple congolais. Améliorer l'efficacité de l'énergie et réduire les émissions tout en élargissant l'accès à l'électricité et aux combustibles de cuisine non polluants, est un facteur gagnant -gagnant pour tous.


Les partenaires du GGFR sont : l'Algérie (Sonatrach), l'Angola (Sonangol), l'Azerbaïdjan (SOCAR), le Cameroun (SNH), la République du Congo, la France, le Gabon, l'Indonésie, l'Irak, le Kazakstan, le Khanty-Mansijsysk (Russie), le Mexique, (SENER), le Nigéria, la Norvège, le Qatar, les Etats Unis d'Amérique (DOE), l'Ouzbekistan, BP Chevron, ConocoPhillips, ENI, l'Union Européenne, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (EBRD), le Groupe de la Banque Mondiale, Partenaire associé : Wärtsilä.

Congo-Brazzaville: Le pays s'engage dans la réduction des gaz torchés

Comment on this post

Blog archives

Recent posts